En quoi se challenger augmente la confiance en soi ?


Cet article a été rédigé par l’équipe du site de David LAROCHE  

Il est communément admis que pour atteindre ses objectifs, il faut absolument apprendre à sortir de sa zone de confort. Pourtant, ce comportement n’est pas instinctif et n’épouse pas notre nature intrinsèque qui est la recherche de sécurité.

Pire, nous vivons dans un système ou la poursuite inexorable du confort s’érige en modèle de société. Toujours plus facile, toujours plus simple, toujours moins d’effort… 

Et pourtant, les bénéfices associés au challenge dans le quotidien d’une personne sont tellement nombreux. Au-delà des légendes et autres histoires d’illumination ou de récompenses transcendantes, le challenge induit nombre de processus neurobiologiques dont la finalité est de nous rendre plus capables et plus confiants.

Dans les lignes qui suivent, vous pourrez découvrir l’un des moyens les plus efficaces pour stimuler ces divers circuits neurobiologiques. 

L’arme des leaders

Avez-vous déjà vu une personne extrêmement confiante, en pleine action ? Décider de la direction d’un groupe, prendre la parole en public, assumer ses choix et sa personnalité, décider de se lancer dans un projet sans aucune hésitation et tout en se sentant parfaitement à l’aise dans sa peau ? 

C’est à la fois impressionnant et magique. Ces leaders ont quelque chose que beaucoup de gens recherchent : une profonde confiance en eux. 

Nombreux sont ceux qui estiment que la confiance en soi est innée, tel un don qu’un ange magique vous accorde à la naissance. 

Et ce n’est pas totalement faux. En effet, nombre de nos traits de personnalité sont ancrés dans notre patrimoine génétique.

Mais, c’est principalement l’environnement qui a façonné nos perceptions durant l’enfance et l’adolescence qui influence ce trait de caractère. Malheureusement, ce paramètre s’est imposé à nous, sans vraiment que nous ayons eu le choix.

Mais ce n’est pas parce que certaines ont pris une longueur d’avance que le reste d’entre nous est condamné à vivre dans l’ombre. En réalité, la confiance en soi est un processus neurobiologique qui peut s’exprimer à travers chacun d’entre nous.

Selon des chercheurs en psychologie, certaines zones du cerveau sont spécifiquement destinées à l’expression de ce sentiment. Il est donc possible de concrètement et consciemment améliorer ou augmenter sa confiance en soi (1).

Peut-on se débarrasser de la crainte, de l’insécurité ?

Eh bien, la réponse est un OUI. 

Tous nos traits de personnalité, y compris la confiance en soi, résident dans notre cerveau. Les neurones qui composent le cerveau communiquent entre elles via les synapses. 

Nous créons et ajustons nos connexions synaptiques en permanence, chaque fois que nous apprenons ou vivons quelque chose. Ces événements et les choix que nous faisons, nous façonnent. Parfois, cet apprentissage est renforcé et il est alors « codé » comme faisant partie de notre identité. Mais nous pouvons également en faire l’expérience et l’oublier tout simplement. 

Et tout cela se passe au niveau cellulaire de notre cerveau. Autrement dit, on apprend à avoir confiance en soi. Des chercheurs ont notamment découvert un moyen de stimuler le cerveau pour amplifier implicitement la confiance en soi (2).

Donc, si nous prenons la décision d’être plus confiant et que nous nous entraînons, nous pouvons renforcer cet apprentissage. Plus nous nous exerçons, plus nous renforçons les chemins neuronaux afin de nous améliorer et plus il est probable que cela devienne une habitude.

Mais alors, comment s’y prend-t-on pour augmenter sa confiance en soi ?

Pour maximiser l’impact des efforts que vous fournirez dans le sens d’une amélioration de la confiance que vous avez en vous, il est nécessaire de saisir la différence en confiance en soi et estime de soi. L’estime de soi peut souvent être basé sur des critères totalement subjectifs alors que la confiance en soi en un sentiment qui a besoin d’une base tangible pour se développer. 

Il existe plusieurs voies pour améliorer la confiance en soi. Mais l’une des plus efficaces réside dans le challenge ; le fait de sortir de sa zone de confort régulièrement afin de l’élargir. 

L’équation est très simple. Au-delà de la zone de confort se trouve la difficulté. Et lorsque nous traversons des obstacles, la zone du cerveau qui dirige le processus d’apprentissage s’active automatiquement. 

Au bout de cet effort se trouve le système de récompense neuronal avec son shoot de dopamine, de Gaba, de noradrénaline et de sérotonine. Un cocktail qui va consacrer l’acquisition d’une nouvelle compétence ou habitude et qui va renforcer la confiance en soi. 

De plus, ces neurotransmetteurs vont poser de solides bases et encourager votre nouvelle expédition hors la zone de confort pour une confiance toujours plus accrue.

Une ligne d’arrivée si proche et pourtant âprement inatteignable.

Mais si c’est aussi facile, pourquoi est-ce que tout le monde n’y arrive pas ? Laissez-moi répondre à cette question avec quelques analogies connues de tous. Les résolutions du nouvel an, la salle de gym, l’adoption d’un nouveau régime alimentaire… 

Le point commun entre tous ces scénarios est que la plupart des gens qui s’y mettent ne tiennent que quelques semaines. La raison : l’amplitude du changement ! Celui qui veut déplacer une montagne commence par soulever une pierre.

Dans notre société instagrammable, faite de storytelling, la tendance de tout vouloir, tout de suite prédomine.

Pourtant, la beauté d’avoir confiance en soi ne réside pas seulement dans l’atteinte de cet objectif, mais dans le plaisir d’entreprendre un voyage qui vous mènera vers l’appréciation de cette nouvelle compétence acquise.

Maintenant, imaginez un instant que vous devez aller au 20ème étage d’un immeuble en empruntant les escaliers.  

Si vous enjambez 3 marches à la fois, il est très peu certain que vous soyez en mesure de tenir ce rythme jusqu’au bout. Par contre, celui qui monte tranquillement une marche à la fois optimise ses chances d’atteindre son objectif en toute sérénité.

Votre ascension se cache dans la maîtrise de la frustration liée à la patience ou encore de  la puissance de l’effort fourni qui vous permet d’évoluer progressivement.

Imaginez un jeu vidéo ou 5 minutes après avoir commencé, vous feriez un code et voilà c’est fini. Pas super drôle non ? 

Franchir chaque étape, être récompensé par sa dose de dopamine n’est finalement pas si mal.

Attention au retour de flamme

Lorsqu’on veut devenir plus confiant en sortant de sa zone de confort, il faut y aller tout doucement et prendre le soin de correctement baliser le terrain. Se challenger pour augmenter la confiance en soi est une épée à double tranchant. 

Soit vous créez un cercle vertueux. Soit à l’inverse, en vous fixant des challenges déraisonnables, vous subirez probablement un échec cuisant qui affectera votre niveau de confiance.

Il vous faudra très certainement un temps pour gérer la peine liée à cet échec. Un temps d’inactivité qui générera une frustration face à votre situation stagnante ou régressive. Ce qui vous poussera à retenter ce voyage, mais en allant encore plus vite. Cette fois, j’aurais une motivation à toute épreuve et je vais monter ces marches d’escalier non pas 3 par 3, mais 4 par 4 .

Et vous voilà de nouveau dans une boucle qui vous enfonce davantage dans ce manque de confiance. 

Si vous souhaitez créer un cercle vertueux,  vous devez connaître du succès (si minime soit-il). Qu’il s’agisse de sortir les poubelles à temps, ranger sa chambre, se réveiller tôt le matin, etc. C’est en accumulant ces petits challenges que vous deviendrez une personne qui n’a pas peur de bousculer ses habitudes. 

En effet, il faut de la continuité et de la méthode pour cultiver la confiance en soi.

Trois Astuces pour vaincre son manque de confiance au travail

La force de réclamer son dû

Lorsque quelqu’un s’attribue le mérite de notre travail, il peut être très difficile d’avoir la confiance nécessaire pour se lever et faire reconnaître son travail. Cela peut ressembler à de la vantardise et la plupart d’entre nous détestent le faire.

Mais en fait, tout dépend de la perception que notre cerveau a de la situation.

« Les actions et la façon dont nous interprétons les situations peuvent avoir un impact sur notre profil hormonal. Ainsi, le fait de percevoir une situation comme difficile et menaçante finira par la rendre difficile et menaçante. »

Confronter quelqu’un qui s’attribue le mérite de votre travail peut être ressenti comme une menace car vous anticipez une réponse négative. Cela peut entraîner une augmentation du taux de cortisol, qui peut déclencher le réflexe de la fuite. Cette situation s’accompagne généralement de symptômes physiques inutiles tels que la transpiration, l’accélération du rythme cardiaque et la tension musculaire. 

La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens pratiques d’atténuer cette réponse limbique, et qu’ils sont assez simples. Le rire est un moyen éprouvé de réduire le taux de cortisol, tout comme une conversation avec un ami de confiance. 

Avant d’entamer une conversation difficile, appelez votre ami le plus drôle pour vous rassurer. Vous pouvez également favoriser un équilibre hormonal optimal en faisant 30 minutes d’exercice modéré et en prenant des poses énergiques et dominantes.

Vous désirez une augmentation de salaire

L’argent est une source d’anxiété pour beaucoup d’entre nous, et en demander davantage peut être terrifiant. Nous anticipons instinctivement que la réponse sera négative. 

Certains pensent qu’ils ne le méritent pas, d’autres craignent de renvoyer une image trop matérialiste, trop intéressée. Un sentiment qui peut être exacerbé par le syndrôme de l’imposteur. Cette façon de penser est tout à fait normale et il est capital d’en prendre conscience.

Les croyances négatives s’ancrent facilement dans notre esprit et nous nous souvenons davantage des menaces que des récompenses. 

Il est naturel de se sentir non qualifié, car nous pensons toujours aux fois où nous avons échoué. Contrairement aux réussites, les échecs sont beaucoup plus marquants.

Normaliser ce sentiment d’indignité peut vous aider à vous concentrer sur toutes les qualités que vous apportez à la table de négociation.

Vous avez une grosse présentation à faire

La pratique est l’un des moyens les plus efficaces pour gagner de l’assurance en parlant en public. Lorsque nous faisons la même chose de manière répétée, nous nous imprégnons de nouvelles croyances. Et plus vous vous y adonnez, plus vous vous rendez compte de vos propres capacités. 

Imaginez votre système de croyances comme une pelouse. La première fois que vous l’empruntez, vous devez trouver votre propre chemin, mais après avoir fait le même trajet plusieurs fois, le sentier s’use, devient plus visible et facile à suivre.

Le fait d’être nerveux montre simplement que vous faites quelque chose qui vous tient à cœur. La nervosité,  le stress, le trac constituent un indicateur de la volonté de bien faire. Ils ont été socialement présentés comme une faiblesse, mais en réalité c’est juste votre corps qui vous dit : « Je vais faire tout ce qu’il faut pour t’aider à réussir ».

Votre tâche consiste à trouver le juste milieu. Là où ce stress vous donne de l’énergie, sans prendre le dessus. Et encore une fois, si vous sentez que vous êtes sur le point de craquer, faites quelque chose pour faire baisser votre taux de cortisol, comme parler à un ami, rire, faire une promenade, ou recadrer la situation comme une opportunité de récompense.

Dans votre vie professionnelle comme dans votre vie personnelle, votre chemin est pavé de micro challenges potentiels.

Saisissez chaque opportunité pour tracer les liens neuronaux qui vous permettront d’élargir votre zone de confort sur le long  terme.

Et surtout ne tentez pas de prendre la parole d’un coup lors de la convention annuelle de votre entreprise, devant 1500 personnes.

Au contraire, attendez le moment opportun pour prendre la parole devant 5 collègues peu importe la raison, aussi minime soit-elle. 

Cette première victoire vous mettra en confiance pour passer à l’étape suivante.

Connaître et comprendre sa condition d’humain

Le modèle d’hyperconcurrence de notre société, célèbre exagérément le culte du N°1. Une société fixant des objectifs tellement démesurés et subjectifs que la plupart des gens préfèrent renoncer à leurs aspirations légitimes pour s’enfermer dans la triste routine métro-boulot-dodo. Un modèle qui détruit tout esprit d’initiative et d’épanouissement, sabordant au passage la confiance en soi. 

Beaucoup recherchent le secret du bonheur dans le dépassement de soi. Malheureusement, cette notion est très fréquemment fantasmée et bien trop souvent peinte sur une toile romanesque. De nombreuses personnes ont du mal à sortir de leur zone de confort parce que la notion du challenge est trop souvent mythifiée. Dans leur maladroite démarche de motivation, ils concentrent leur attention sur le résultat. Or, ce fameux résultat n’est en réalité, que la conséquence d’un challenge réussi.

Ce qui compte vraiment, c’est le voyage. L’épanouissement n’est pas à proprement parler une fin en soi. Ce n’est pas une récompense qui se trouve au bout d’un chemin. C’est plutôt l’élément dont est pavé le chemin de la réussite. La confiance en soi s’apprend et si vous êtes toujours sceptique, voici 6 faits scientifiques simples à mettre en pratique dans votre vie.

Sources :

  • (1)Decision-making, errors, and confidence in the brain , Edmund T Rolls , Fabian Grabenhorst, Gustavo Deco
  • (2) Manipulating brain activity to boost confidence – New breakthrough in neuroscience: Self confidence can be directly amplified in the brain / Auteur: Dr. Aurelio Cortese
D'autres articles :

Motivation : pourquoi en manque-t-on et comment en gagner ?

Motivation : pourquoi en manque-t-on et comment en gagner ?

La gamification en entreprise pour décupler la motivation et l’efficacité de son équipe

La gamification en entreprise pour décupler la motivation et l’efficacité de son équipe

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Comment gagner en estime de soi ?

Comment gagner en estime de soi ?

À propos de l'auteur :

Goodbye Comfort Zone c'est également la puissance d'une communauté composée de milliers de challengers extraordinaires, issus de tous horizons. Nous sommes convaincus que toute personne a la capacité de devenir une meilleure version d’elle-même. De ce fait, tout individu peut se prendre en main pour mener une vie extraordinaire et épanouissante, selon ses propres règles du jeu.

laisser un commentaire :


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}