Motivation : pourquoi en manque-t-on et comment en gagner ?


La motivation est un élément fondamental dans l’atteinte de nos objectifs personnels et professionnels. Et bien souvent, c’est également le grand absent de l’équation que l’on essaie de réactiver. Face aux nombreux conseils que l’on peut recueillir de part et d’autre, Monique Sallaz fait le point. Docteure en neurosciences et coach directrice des programmes de préparation mentale augmentée chez Goodbye Comfort Zone, elle s’est entretenue avec Hanine Mhannd, fondateur de GCZ. Dans cet entretien, elle partage ses connaissances scientifiques ainsi que des conseils et astuces pour gagner en motivation.

Commençons par faire un saut dans le passé, aux origines du terme. Le mot « motivation » provient du latin movere qui signifie bouger. La motivation va répondre à un besoin, un désir. Cette réponse va nécessiter de l’énergie et une direction vers laquelle bouger.

La motivation répond à des stimulus positifs et négatifs

C’est Arthur Schopenhauer, à la fin du 18ème siècle, qui commence à s’intéresser à la motivation. Il a montré qu’on était sensible à la fois à des stimulus positifs mais aussi à des stimulus négatifs. Dans le cas des stimulus positifs, on va bouger dans le but de chercher à obtenir ou à conserver ce qui est positif. Et dans le cas des stimulus négatifs, on va chercher à se débarrasser, ou à ne pas acquérir, ce qui est négatif. Selon notre manière d’aborder une situation, notre motivation peut être stimulée soit par une recherche du plaisir et du bonheur soit, au contraire, par une peur de la perte.

Le savoir SEUL ne suffit pas

Et puis, il y a une autre dimension. Comme le disait Blaise Pascal : « le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ». En effet, ce n’est pas le fait de savoir quelque chose qui va nous faire avancer. C’est en fait la valeur que l’on attribue à cette chose-là. 

Imaginons. Vous êtes dans le désert et il vous reste très peu d’eau. Et vous êtes avec quelqu’un qui n’en a plus du tout. Le fait de savoir que si vous lui en donnez vous en aurez moins, la raison voudrait que vous ne lui en donniez pas. Mais en réalité, la valeur que ça a pour vous d’aider l’autre fait que vous allez lui en donner. Enfin c’est une supposition 😄

On peut également citer l’exemple du tabac. Nous le savons tous, fumer tue. On connaît les risques pour sa santé et les conséquences dramatiques que cette pratique engendre. Et pourtant, cela n’empêche pas de commencer à fumer ou de ne pas s’arrêter. Et cela, parce qu’on attribue au tabac des valeurs qui dépassent ce savoir. Il peut s’agir par exemple d’un sentiment de liberté, de transgression, d’appartenance à un groupe, (en plus de l’addiction), etc. 

La motivation est liée à la récompense

Alors, dans le cerveau, comment expliquer la motivation ? La motivation est étroitement liée à la notion de récompense. Elle va solliciter des aires du cerveau comme le centre de la récompense, le noyau accumbens, l’amygdale, l’hippocampe, le cerveau limbique. Ce sont des zones qui relèvent de l’intellectuel, du cognitif. Mais il s’agit aussi de zones impliquées dans le traitement des émotions et la mémoire. La motivation, c’est un processus à la fois conscient et inconscient. À la fois cognitif et émotionnel.

D’où l’avantage de jeux comme Goodbye Comfort Zone qui, via la gamification, vont activer le système de récompense. Et donc permettre de se motiver encore plus et d’entretenir la motivation sur du long terme. Car si parfois la motivation est présente lorsque l’on initie un projet ou que l’on commence une nouvelle activité, c’est sur le long terme que l’on peut ressentir une baisse de plus en plus importante.

Des causes intrinsèques et extrinsèques

Les causes de la motivation sont de deux ordres :

  • intrinsèques, c’est-à-dire ce que l’on va ressentir à l’intérieur et ce que ça peut nous apporter à nous-même. On peut identifier une motivation intrinsèque lorsque l’on cherche à mesurer les coûts et les avantages d’une action. Qu’est-ce que ça va m’apporter ? Par exemple, je ne suis peut-être pas motivé pour aller à la salle de sport mais je peux me motiver en pensant que ça va m’apporter beaucoup.
  • extrinsèques : c’est-à-dire, une cause externe à soi-même. Par exemple, une cause sociale comme rencontrer des gens, être intégré dans une équipe, gagner une compétition, être reconnu au sein d’un milieu, etc.

Quels challenges pour développer la motivation intrinsèque ?

On peut par exemple utiliser des vision boards pour mettre en image ce vers quoi l’on veut tendre et visualiser chaque jour ses objectifs. 

C’est important également de concilier tous ses progrès, donc en créant la liste des principales réussites que l’on a obtenues jusqu’à présent. Cela va permettre de visualiser sa progression et renforcer la motivation. 

Quels challenges pour développer la motivation extrinsèque ?


Pour cela, on peut faire appel à un coach ou faire appel à d’autres personnes qui vont nous stimuler et nous dire « allez on y va ». Cela va permettre de se motiver pour faire les choses. 

Un premier challenge consistera par exemple à se trouver un ami qui a les mêmes objectifs que soi, que ce soit dans le domaine professionnel, sportif ou autre. Et ensuite, il s’agira de faire avec lui un challenge dans lequel on s’engage à tour de rôle à faire une activité. Pour renforcer l’efficacité du challenge, il faut qu’il y ait un enjeu. Par exemple, dans le cadre d’une activité sportive, celui qui ne participe pas à une séance ou plusieurs, paye un restaurant à l’autre. 

Ce challenge va à la fois débloquer l’aspect intrinsèque parce que l’on sait pourquoi on fait du sport. Mais aussi un aspect extrinsèque ultra-puissant avec une dimension sociale, à la fois de compétition et de coopération car on n’a pas envie de laisser tomber l’autre. Et puis on n’a pas envie non plus de payer le resto.

Faire des pauses pour relancer sa motivation

Un dernier conseil consistera à faire des pauses, se reposer. La motivation c’est comme une jauge liée à la détermination qui va baisser au fur et à mesure de la journée. Et l’on a besoin d’une nuit de repos pour que cette jauge soit à nouveau remplie.
Et plus on va prendre de décisions, plus on va stresser, plus on va être amené à se dépasser, plus cette jauge-là va baisser. Alors faire des pauses régulièrement, s’arrêter pour se promener ou casser la routine de la journée sera très bénéfique pour faire remonter cette jauge. Ce ne sera pas du temps perdu, bien au contraire.

Conclusion

Une chose est sûre c’est que même si l’on part démotivé, une fois que l’on s’est dépassé, que l’on est sorti de sa zone de confort, on est content de l’avoir fait et on renforce notre motivation sur le long terme. Alors rien ne vaut l’expérimentation en dehors de sa zone de confort pour s’entraîner à développer petit à petit sa motivation. Et il est essentiel de bien identifier si nos facteurs de motivation sont plutôt intrinsèques et extrinsèques. Ainsi d’adapter nos propres challenges pour obtenir le plus de résultats.

Avez-vous identifié vos facteurs de motivation ? Quels challenges fonctionnent le mieux pour vous ? 

Voir les vidéos Questions / Réponses de Monique Sallaz

Lire l’article La gamification en entreprise pour décupler la motivation et l’efficacité de son équipe

D'autres articles :

En quoi se challenger augmente la confiance en soi ?

En quoi se challenger augmente la confiance en soi ?

La gamification en entreprise pour décupler la motivation et l’efficacité de son équipe

La gamification en entreprise pour décupler la motivation et l’efficacité de son équipe

Qu’est-ce que le burn out et comment le surmonter ?

Qu’est-ce que le burn out et comment le surmonter ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

À propos de l'auteur :

Goodbye Comfort Zone est une aventure humaine initiée par Hanine Mhannd début 2016. Notre mission consiste à aider toutes les personnes qui le veulent à se dépasser et à vaincre leurs peurs, peu importe leur âge, leurs valeurs, leurs objectifs, leurs blocages, leurs rêves… Ce qui compte, c’est leur désir de se dépasser et de sortir de leur zone de confort. Nous aidons chaque jour des milliers de personnes à se réapproprier et à utiliser les leviers psychologiques utilisés à leur insu par l’industrie du jeu, des films et de la publicité pour transformer leur vie en un jeu et devenir les héros de leur propre légende.

laisser un commentaire :


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}