SuccesS stories

Ce jeu est vraiment un révélateur de potentiel et un créateur de réussite

Fanny, alias Mamzel Fanny, est arrivée dans l’aventure Goodbye Comfort Zone il y a un an. Cette assistante sociale, passionnée de théâtre et de danse, revient sur son parcours dans le programme Heroes qui lui a permis de dépasser ses complexes et d’oser vivre de nouvelles expériences.

 

Je m’appelle Fanny et mon alter ego dans le jeu Goodbye Comfort Zone est Mamzel Fanny. Dans la vie, je suis assistante sociale dans un collège. Au moment où j’ai découvert Goodbye Comfort Zone, je vivais une grosse dépression, une grosse rupture. J’en avais conscience, j’avais un suivi avec une psychologue à l’extérieur. 

 

J’avais toujours été une personne qui voulais se sentir vivante à 100%. Et la dépression ne me le permettait pas, parce qu’il n’y avait plus cette envie et cette vitalité. Donc quand j’ai entendu le concept de sortir de sa zone de confort, au début ce n’était pas quelque chose de concret comme concept, pour moi. Et puis j’ai entendu parler du jeu. Et je me suis dis que j’allais apporter un peu de supplément de vie et d’expérience à la morosité du moment qui était loin d’être appréciable. J’avais envie en effet de me dépasser et de me prouver à moi-même que j’étais bien vivante et pas juste que j’existais. Et ça a fonctionné. 

 

Le challenge qui m’a le plus marquée, c’est celui où l’on nous demande de définir les 10 mentors dans notre vie, les 10 personnes qui nous inspirent, que l’on admire et vers qui l’on veut tendre. Et cela m’a vraiment obligé, déjà pendant un certain temps, à me creuser la tête pour trouver qui j’admirais, qui m’inspirait dans la vie mais surtout pourquoi ? Qu’avaient-ils que moi je n’avais pas ? Comment tendre vers cela ? Qu’est-ce que moi j’avais déjà ? Et ça m’a permis de me rendre compte que moi aussi, je pouvais inspirer des gens, soit via mon blog ou les réseaux sociaux, et ça a été aussi un bon challenge.

 

Goodbye Comfort Zone m’a permis de faire d’abord une énorme introspection sur moi-même. Et le fait d’être dans ce jeu, dans cette envie de dépasser ses peurs pour aller plus loin, m’a permis de vivre de nouvelles expériences. J’ai commencé à oser poser devant un photographe, ce que je n’osais pas faire et que j’avais envie de tenter depuis des années. Puis à poser nue devant un photographe alors que j’étais extrêmement complexée. J’ai commencé la danse. J’ai changé de compagnie de théâtre. Et surtout, avec la peur au ventre, j’ai osé quitter Bordeaux pour Paris pour une opportunité de travail. 

 

Goodbye Comfort Zone, c’est vraiment un révélateur de potentiel et créateur de réussite

 

Et j’ai compris surtout que pour moi maintenant, le contraire de la dépression ce n’est pas le bonheur mais c’est le plaisir. Le fait de faire des choses avec plaisir, de les réussir, ça m’a apporté beaucoup. Parce qu’il y a de la vitalité, de l’excitation. Et ce que j’aimerais dire, c’est que ce n’est pas juste un jeu que l’on nous donne et dans lequel on serait seul avec soi-même. Non. Derrière, il y a de vraies personnes, on n’est pas seul. Il y a une vraie communauté, avec des gens qui ont l’envie d’entreprendre de nouvelles choses, d’évoluer. C’est vraiment innovant et je ne connais rien d’autre qui s’en rapproche. 

 

Pour avoir discuté avec beaucoup de personnes qui ont fait Goodbye Comfort Zone, ce jeu est vraiment un révélateur de potentiel et un créateur de réussite. Et donc d’une meilleure estime de soi. Et d’ailleurs, j’ai des idées plein la tête et plein de projets futurs que j’ai envie de réaliser à l’avenir.


ils l'ont également fait !

Découvrez D'autres success stories :

Goodbye Comfort Zone c’est comme une assurance d’évolution de soi-même

Goodbye Comfort Zone m’a redonné l’énergie d’avancer

Goodbye Comfort Zone, c’est le meilleur investissement que j’ai pu faire pour moi-même

Faites passer votre vie au niveau supérieur

À QUAND REMONTE LA DERNIÈRE FOIS QUE VOUS AVEZ FAIT QUELQUE CHOSE POUR LA PREMIÈRE FOIS ?