Le blog Goodbye Comfort Zone
PNL

Comment la PNL a changé ma vie

Cet article est un article invité.

Trouver sa voie

Il y a deux choses qui m’ont toujours fascinée au sujet des autres et de moi-même : ce que l’on voit de l’extérieur (les comportements, les attitudes, les interactions…) et ce qui se passe à l’intérieur (les pensées, les émotions, les motivations, les intuitions…)

Cette fascination m’est-elle venue du chaos familial dans lequel j’ai grandi ? Peut-être, mais finalement, quelle importance ? On peut passer sa vie à se demander pourquoi on agit et réagit comme on le fait. On peut chercher des causes, des raisons, des coupables… Ou se servir de ce que l’on a acquis comme expériences, pour aller plus loin : apprendre ! 

Certains de mon entourage vous diraient que j’ai longtemps été égocentrique… et j’en jouais, à titre d’expérience. J’étais en effet beaucoup centrée sur moi, et je m’amusais à constater les attitudes des autres en réactions aux miennes ; jeu d’enfant à l’intérieur duquel je reconnais m’être égarée par moments.

Etre curieux de soi-même n’est pas toujours très bien perçu. J’avais les pieds dans le développement personnel sans trop savoir ce que c’était. J’écoutais mes émotions, mes envies, tout ce qui se passait en dedans… c’était la partie de moi qui s’intéressait à moi !

D’un autre côté, j’ai toujours été de nature très conciliante. Je voulais faire plaisir, je faisais de mon mieux pour satisfaire mes proches. Je faisais ce que je pensais que l’on espérait de moi. C’était la partie de moi qui s’intéressait à tout le monde ; tout ce qui se passait au dehors de moi, la manière dont on allait me percevoir !

Voilà donc les deux majeures parties de moi qui n’ont fait que se tirailler pendant environ 30 ans.

Et puis j’ai découvert la PNL (programmation neuro-linguistique) à l’IUT en 2006, il y a 10 ans : j’étais en cours de technique d’expression quand j’ai entendu dire, qu’avec la PNL, on apprend à mieux communiquer. Je me suis dit que c’était exactement ce qui nous avait toujours manqué à tous, à la maison : des clés pour communiquer ! C’était génial, je voulais ça !

En réalité avec la PNL, on apprend plus que ça. On apprend ; on apprend à apprendre ; on apprend à apprendre à apprendre… Ce qui mériterait d’être développé plus amplement. Il existe 4 catégories d’apprentissages qui ont été hiérarchisées par Gregory Bateson (le quatrième niveau n’étant, à ce jour, que théorique).

J’ai vite été déçue des livres de développement personnel que j’ai lus. Ceux qu’on trouve dans tous les rayons, qui donnent des leçons de vie du genre : « pour être heureux, voilà comment faire ». Des auteurs qui ne connaissent rien à ma vie mais qui garantissent, avec une fermeté hors du commun, qu’ils ont la solution à tous mes problèmes !

1000 Challenges pour sortir de votre zone de confort

Explorez notre liste ultime d'idées, sélectionnez vos futurs challenges, sortez de votre zone de confort, réalisez vos rêves ! 

À titre d’exemple, les gens qui me connaissent bien vous diront qu’avoir un appartement parfaitement rangé n’a jamais été la solution à mon bien être … C’était d’ailleurs plutôt une source d’angoisse. Le fait que chaque chose doive impérativement être à sa place : au secours !

Je ne doute pas que l’idée soit bonne, ni qu’elle fonctionne pour beaucoup de monde. Je trouve aussi les points de vue de ces auteurs intéressants ! Par contre, j’ai trouvé frustrant que tous aient le même. Comme s’il y avait une norme du bien-être…

Je voulais aller au-dessus de tout ça, au-delà, au dedans …

Se former

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais » – La PNL, c’est l’inverse de ça.

Un de ses présupposés de base : FAITES CE QUI FONCTIONNE !

De fait, la PNL a été créée à partir de la modélisation d’excellentes techniques thérapeutiques. Modéliser, c’est-à-dire observer ce qui réussit, comprendre comment ça fonctionne, puis reproduire les comportements au mieux.

Les « inventeurs » de la PNL, Richard Bandler et John Grinder, n’ont pas eu la prétention d’inventer quelque chose de nouveau, totalement révolutionnaire. Ils ont eu l’intelligence et la sagesse de s’appuyer sur des outils dont on savait qu’ils étaient efficaces, par des observations approfondies de génies tels que Milton Erickson, Virginia Satir et Fritz Perls ; et de transmettre ce qu’ils avaient appris de leurs observations.

Je me suis donc intéressée, moi aussi, à ces génies et ces techniques que la PNL modélisait : la thérapie systémique, avec un grand intérêt pour le conseil conjugal et familial, la Gestalt, l’Hypnose…

Après plusieurs réorientations, j’ai fini par aller me former en PNL ; je voulais en savoir plus que ce que l’on trouve dans les livres, et expérimenter. Je voulais passer de la théorie à la pratique : le travail sur soi, le travail avec les autres. J’ai découvert qu’on pouvait apprendre à diriger son cerveau !

Et puis je me suis aussi formée à l’hypnose Ericksonienne, et au conseil conjugal et familial.

S’épanouir

En y allant pas à pas, par petits pas, je n’ai pas eu le sentiment d’une sortie brutale de ma zone de confort (si je devais comparer avec des gens qui partent au bout du monde, qui changent radicalement de travail…). Qui dit zone de confort ne dit pas nécessairement confortable. Ma zone de confort, c’était de ne prendre aucun risque de décevoir ou d’être jugée. J’étais comme dans un cocon à l’intérieur duquel le regard qu’on portait en réaction à mes comportements avait beaucoup d’importance pour moi. Il devait toujours être celui que je provoquais volontairement. Je portais en permanence un masque en fonction des situations dans lesquelles je me trouvais.

Ça a pris un peu de temps, je me suis dirigée petit à petit vers quelque chose qui me plaisait à moi. Je ne saurai pas vraiment dire quand le changement a commencé, il n’y a pas un instant précis. Il n’y a pas une rupture bien claire. Mais j’ai fait tomber le masque ! Et je pense que le changement est toujours en train de s’opérer. crire cet article est un nouveau pas dans cette direction. Je développe, autant que je peux, mon potentiel et mes capacités ; sans sortir du cadre que je me suis fixé et qui continue de s’élargir.

Par des protocoles (de PNL) étonnamment simples, j’ai mis de côté toutes les stratégies dysfonctionnelles qui régissaient ma vie.

Par exemple :

  • J’ai réduit le temps de parole de mon auto-critique pour laisser plus de temps à mon instinct et mes sensations ! Saviez-vous qu’on peut monter ou baisser le volume sonore et changer le rythme de cette voix qui nous dit des choses inconvenantes ?

« Si je prends la parole tout le monde va se moquer de moi ». Et si cette phrase vous l’entendiez au ralenti ? Ou avec un cheveu sur la langue ? Ou à l’envers ? Ou dans une langue étrangère ? C’est ce qu’on appelle travaillé sur les sous-modalités. Ça fonctionne aussi bien avec des images, des sons, des sensations (les 5 sens)… on peut ainsi soulager des maux de crâne, rendre ridicule une phobie, oser prendre la parole en réunion (tout le monde a surement déjà entendu parler de cette technique qui consiste à imaginer tout son auditoire en petite tenue ?).

  • J’ai aussi cessé de vouloir, à tout prix, que tout le monde me comprenne et comprendre tout le monde, de vouloir plaire, être aimée, être reconnue… Je sais ce qu’il y a à l’intérieur de moi. Il y a des gens que ça n’intéresse pas, des gens que ça ne regarde pas. Je ne perds plus de temps à me confondre en excuses ou en explications auprès de personnes qui, manifestement, n’en attendent pas. Je ne me confonds plus tout court… Je sais ce qui est bon pour moi et ce qui ne l’est pas.
  • J’ai également réuni en quelques pas les parties de moi qui se battaient depuis toujours : la partie centrée sur moi et la partie qui s’intéresse aux autres ne se tiraillent plus.
  • En cas de désaccord, j’ai appris à adopter le point de vue de l’autre, pour savoir si sa façon de percevoir les choses m’est utile (ou pas) pour atteindre les objectifs que je me suis fixé ; ce qui est valable pour l’un n’est pas nécessairement valable pour l’autre.

Cette diversité d’êtres humains est tellement passionnante, tellement enrichissante, que j’éprouve énormément de satisfaction aujourd’hui à ne pas être comme tout le monde, et j’éprouve énormément de plaisir à rencontrer des gens qui ne sont pas comme moi.

J’admets que par choix et par facilité, la plupart des gens que je côtoie me ressemblent sur beaucoup d’aspects, mais on apprend plus de nos différences ; les ressemblances nous confortent et nous rassurent. C’est bon d’avoir les deux.

Je suis heureuse d’avoir trouvé une voix dans laquelle j’apprends constamment, dans laquelle mes clients m’apportent toujours de nouveaux outils, des nouvelles idées, des nouveaux angles de vue. Je suis heureuse de leur transmettre les outils dont je dispose pour qu’ils deviennent autonomes et qu’ils puissent utiliser ces outils dans tous les domaines de leur vie.

J’aime aussi le non-jugement qui va avec ce métier. Le fait que rien n’est bon ou mauvais, tout est expérience, apprentissage. Il y a des choses que l’on fait qui ne fonctionnent pas ; mais bonne nouvelle ! Et il existe des moyens, que l’on ne soupçonne pas toujours, de faire fonctionner ces choses. Chaque apprentissage devient alors une clé pour ensuite apprendre quelque chose d’un niveau supérieur !

J’aime tout particulièrement cet extrait du livre de R.Bandler, Un cerveau pour changer : « les gens ne sont pas brisés, ils fonctionnent parfaitement ! Ce qui importe, c’est : comment fonctionnent-ils maintenant ? Pour que vous puissiez les aider à fonctionner parfaitement d’une façon plus agréable et plus utile ».

Partager

L’apprentissage n’a pas de limites ! Je suis convaincue que le plus important est de se connaître, de connaître ses limites et ses capacités, pour travailler harmonieusement en continuant sans cesse à se développer.

Il faut se fixer des objectifs bien déterminés, bien formulés, bien morcelés pour les atteindre. La PNL veut que tout objectif soit atteignable, à partir du moment où il est découpé en sous-objectifs suffisamment petits. La PNL est vecteur de changement. Il s’agit de faire, à chaque fois, le premier plus petit pas qui amène à l’état désiré, plutôt que regarder son but et se retrouver bloqué par l’ampleur d’une tâche.

Il est important, dans l’environnement dans lequel on souhaite évoluer, d’apprendre à adopter les comportements nécessaires. D’apprendre à développer ses capacités à un niveau satisfaisant pour atteindre son but (il ne s’agit pas d’exceller partout). De hiérarchiser ses valeurs et de faire le point sur ses croyances, puis de voir si elles sont satisfaisantes pour évoluer en cohérence avec son projet de vie et ses objectifs.

La PNL consiste, selon moi, à donner à chacun du choix ; afin que tout le monde puisse avoir de l’autonomie : le contrôle et la responsabilité de sa vie.

Les ressources que l’on possède sont inestimables et infinies, ne serait-ce que dans l’imagination, dans l’inspiration et la modélisation de l’autre, dans l’envie, dans l’opposition, dans les faits…

Pour avoir accompagné des personnes en séance de thérapie, je peux vous assurer qu’il n’existe pas une thérapie plus incroyable qu’une autre ; il n’existe pas de thérapie miraculeuse. Il existe une manière d’écouter, avec bienveillance et des techniques qui s’apprennent et se transmettent.

La thérapie est avant tout un apprentissage. Vous venez y chercher ce dont vous avez besoin ; et ensuite, ce que vous êtes venu y chercher vous appartient ; vous pouvez l’utiliser pour tous les domaines de votre vie.

Il n’y a pas de magie : l’hypnose n’a rien de magique, la PNL n’a rien de magique, la vie n’a rien de magique.

La vraie magie : C’EST VOUS, et ce que vous en faites.

Communauté

Goodbye Comfort Zone c'est également la puissance d'une communauté composée de milliers de challengers extraordinaires, issus de tous horizons.

Nous sommes convaincus que toute personne a la capacité de devenir une meilleure version d’elle-même. De ce fait, tout individu peut se prendre en main pour mener une vie extraordinaire et épanouissante, selon ses propres règles du jeu.

2 commentaires

  • la vie devient paisible quand tout est amené avec douceur et discernement. Tu vas transmettre beaucoup de bien-être !

  • Bonjour,

    Merci pour cet article excellent, j’ai également découvert la PNL à un moment difficile de ma vie.

    Je dois dire que depuis, c’est un véritable changement qui s’est opéré chez moi.

    D’ailleurs, grâce à la PNL je rebondis et je réinvente ma vie aprés mon burn-out.

    Pour info, j’ai écris un article sur comment rebondir aprés un burn-out, si vous voulez le découvrir, il est ici : https://commentvivreepanoui.com/rebondir-apres-un-burnout/.

    à bientôt et félicitation !

Rejoignez le mouvement

Sortez de votre zone de confort et rencontrez des personnes aussi extraordinaires que vous, issues de tous horizons !