Qu’est-ce que le burn out et comment le surmonter ?


Qu’est-ce que le burn out et comment le surmonter ? Monique Sallaz, docteure en neurosciences et coach directrice des programmes de préparation mentale augmentée chez Goodbye Comfort Zone, s’est entretenue avec Charles Michelesi, customer success manager de GCZ, et répond aux questions des challengers. Elle partage cette semaine des conseils et astuces pour surmonter le burn out.

Charles : Bonjour Monique, on entend souvent parler de burn out professionnel ou personnel mais qu’est-ce qu’un burn out et comment savoir si l’on en souffre ?

Le burn out n’est pas une dépression

Monique : Ce qu’il faut savoir dans un premier temps, c’est qu’un burn out n’est pas une dépression. C’est souvent confondu avec la dépression mais ce n’est pas du tout la même chose. Le burn out se traduit par un épuisement, souvent professionnel. Il survient quand on en a trop fait, que l’on s’est trop investi et que l’on n’a plus de ressources. On en a fait trop pendant trop longtemps et on n’a plus d’énergie, plus de carburant.

Le burn out, un processus en quatre phases

Il s’agit d’un processus dont on a identifié quatre phases. Il y a d’abord la phase d’engagement durant laquelle la personne est très engagée dans son activité en général, plus que la moyenne. Puis vient la phase deux, celle du sur-engagement où l’on va aller trop loin, on va être tellement engagé qu’il n’y a plus que le travail par exemple dans la vie. Il y a plus rien d’autre à côté. Arrive ensuite une phase de résistance où la personne va nier son surmenage. Elle se dit qu’elle n’est pas surmenée, qu’il faut qu’elle continue, qu’elle n’a pas le choix, qu’il faut avancer. S’ensuit la phase d’effondrement durant laquelle l’estime de soi plonge. On se sent anéanti, on n’a plus d’énergie, on n’arrive plus à avancer. La machine ne répond plus.

Les symptômes variés du burn out

Les symptôme du burn out sont aussi bien émotionnels que physiques, cognitifs, comportementaux et motivationnels. Il peut s’agir d’une fatigue passagère, d’une dépression, d’accidents cardiovasculaires, d’une décompensation soudaine. Ils relèvent du domaine de la pathologie et c’est donc important de pouvoir consulter des spécialistes.

Charles : Merci Monique pour cette définition. Maintenant, que peux-tu nous conseiller pour surmonter ce burn out ?

Conseil 1 : Déculpabiliser

Monique : la première chose à faire va consister à déculpabiliser. Il est tentant de se sentir coupable mais c’est important de rappeler qu’il n’y a pas à culpabiliser parce que l’on a voulu trop bien faire. On a voulu trop en faire et on s’est épuisé. Un burn out n’altère pas nos qualités.

Conseil 2 : Se faire aider

Ensuite, il ne faut pas hésiter à se faire aider. Comme je l’ai dit précédemment, on est dans le domaine de la pathologie et il est important de consulter des praticiens, des neurologues ou autres professionnels de santé pour nous aider à sortir de cette phase de burn-out.

Conseil 3 : Lâcher prise

En parallèle, apprendre à lâcher prise. Lâcher prise c’est arrêter de lutter contre quelque chose que l’on ne contrôle pas. On a fait un burn out, on a voulu en faire tellement que ça ne fonctionne plus alors on s’autorise à faire un pas en arrière, à lâcher prise et à récupérer. On accepte d’avoir ce moment de pause, on accepte de ne pas aller bien.

Voir l’article sur le lâcher prise

Conseil 4 : Apprendre à identifier ses limites

Lors d’un burn out, on s’aperçoit que l’on a des limites. On peut alors se servir de cet épisode douloureux pour identifier ses limites, comprendre que l’on est allé trop loin et mettre en place des solutions pour apprendre à ne pas les dépasser, à les respecter.

Conseil 5 : Pratiquer la méditation de pleine conscience

Il y a autre chose qui aide beaucoup et que j’ai testé personnellement, c’est la méditation de pleine conscience. Être le plus possible présent dans l’ici et maintenant, que ce soit en marchant, en prenant sa douche, en se brossant les dents, en se posant et en écoutant des musiques, etc. Grâce à la méditation de pleine conscience, on revient au moment présent et cela aide à sortir doucement de cet épisode.

Conseil 6 : Écouter son entourage

Charles : Merci beaucoup Monique pour tous ces conseils. J’ajouterai également d’écouter son entourage. Comme tu l’as dit, la troisième phase est la phase du déni, on n’accepte pas le fait d’être épuisé. Donc prendre le temps d’écouter son entourage.

Conseil 7 : Commencer ou reprendre une activité qui nous fait du bien

Mon dernier conseil consistera à prendre du temps pour commencer une nouvelle activité. Par exemple, une activité sportive, reprendre une activité que l’on avait délaissée ou en tester une nouvelle.

N’hésitez pas à poser des questions ou demander des conseils en commentaires, l’équipe y répondra avec grand plaisir.

La vie est un jeu !

Goodbye Comfort Zone

Retrouver les vidéos Questions / Réponses avec Monique Sallaz

D'autres articles :

Motivation : pourquoi en manque-t-on et comment en gagner ?

Motivation : pourquoi en manque-t-on et comment en gagner ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Comment gagner en estime de soi ?

Comment gagner en estime de soi ?

Comment lâcher prise ?

Comment lâcher prise ?

À propos de l'auteur :

Goodbye Comfort Zone est une aventure humaine initiée par Hanine Mhannd début 2016. Notre mission consiste à aider toutes les personnes qui le veulent à se dépasser et à vaincre leurs peurs, peu importe leur âge, leurs valeurs, leurs objectifs, leurs blocages, leurs rêves… Ce qui compte, c’est leur désir de se dépasser et de sortir de leur zone de confort. Nous aidons chaque jour des milliers de personnes à se réapproprier et à utiliser les leviers psychologiques utilisés à leur insu par l’industrie du jeu, des films et de la publicité pour transformer leur vie en un jeu et devenir les héros de leur propre légende.

laisser un commentaire :


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

  1. Oui tout à fait. Et je rajouterais à ça le fait de ne pas délaisser sa vie sociale.

    Il peut être intéressant de s'inscrire à des cours de chant, poterie, etc. Et de rencontrer des personnes qui se retrouvent pour discuter d'un sujet commun.

    De mon côté, dans mes to-do list, je cherche toujours à m'organiser une sortie de ce type au moins une fois par semaine.

  2. Merci pour cet article, votre dernier conseil est certainement le meilleur. En effet, lors de situation traumatisante comme le burn-out, le fait de rester enfermé dans ce problème ne permet plus de voir d'autres horizons. Un accompagnement par un coach, ou un changement d'activité permet de reprendre son souffle afin de pouvoir redéfinir ses objectifs en partant d'une autre vision moins sombre.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}