Le blog Goodbye Comfort Zone
Mécanismes du jeu

Gamification : les 8 leviers psychologiques secrets pour booster votre motivation

Si on y réfléchit bien, le processus d’amélioration et de dépassement de soi est probablement ce qui se rapproche le plus d’un jeu de rôle grandeur nature, sauf que là, les résultats sont bien réels.

Considérer notre vie comme un jeu, c’est un peu la voir comme un jardin à la française. Une fois qu’on prend du recul, on voit la structure du labyrinthe et on en comprend les règles

En effet, les jeux ont un impact significatif sur nos capacités de résolution de problèmes, sur notre attitude face à l’apprentissage, en plus de renforcer notre motivation à passer à l’action.

La gamification consiste à utiliser des mécanismes, une esthétique et une réflexion empruntés à l’univers des jeux pour engager, motiver l’action et promouvoir l’apprentissage. Il s’agit de créer une expérience qui incite les gens à changer de comportement.

Yu-kai Chou, l’un des experts mondiaux de la gamification, a mené des recherches approfondies et a découvert que tous les jeux vidéo à succès reposaient sur huit leviers psychologiques fondamentaux de la motivation. Il les a listés dans un graphique octogonal qu’il a logiquement appelé Octalysis :

Il est l’heure de soulever le capot pour comprendre ces huit principaux leviers psychologiques du comportement humain utilisés, souvent à notre insu, par les concepteurs de jeux vidéo ainsi que par des scénaristes et publicitaires habiles afin d’influencer notre comportement. Mais surtout, nous allons voir comment vous pouvez vous ré-approprier ces « super-pouvoirs ».

Levier 1 : la vocation

L’un des mécanismes psychologiques humains les plus puissants est celui de la détermination de son but de vie. Ce levier permet de rester motivé sur la durée car on croit en quelque chose de plus grand que soi. 
On retrouve cela dans quasiment tous les jeux de rôle : par exemple, le monde va être détruit par le grand méchant et vous êtes la seule personne capable de le sauver. C’est un but plutôt motivant, non ?

Faire partie de quelque chose de plus grand que soi est le meilleur outil pour être motivé. Lorsque vous appliquez ce concept à n’importe quel aspect de votre vie, vous ne faites plus une action pour ses bénéfices, mais parce que vous êtes profondément passionné par ce que vous faites. 

5 stratégies pour débloquer le pouvoir de la vocation :

Il y a cinq stratégies utilisées dans les jeux vidéo (ainsi que dans les films et publicités) qu’on peut mettre en place dans tous les aspects de notre vie pour garder une forte motivation dans ce qu’on fait :

1. La narration : dans presque tous les jeux, on retrouve une histoire pour expliquer au joueur ce qu’il fait là et pourquoi il doit jouer au jeu (sauver la princesse, le monde…). Appliquer cette technique à son travail ou à sa vie personnelle permet de donner du sens aux tâches les plus ennuyeuses et contraignantes. Avoir un but ultime est la clé pour rester motivé tout au long de l’aventure.

1000 Challenges pour sortir de votre zone de confort

Explorez notre liste ultime d'idées, sélectionnez vos futurs challenges, sortez de votre zone de confort, réalisez vos rêves ! 

2. Le héros de l’humanité : être le héros est forcément une grande source de motivation. Mais être le héros de l’humanité l’est encore plus ! C’est pour cette raison que le bénévolat fonctionne : la reconnaissance obtenue est encore plus grande et gratifiante. 

3. La communauté : l’appartenance à un groupe restreint est primordiale. Le fait d’appartenir à un groupe de personnes avec des valeurs et des intérêts communs donne l’impression de faire partie de quelque chose de plus grand que soi. À la communauté peut s’ajouter la compétition avec d’autres groupes. 

4. L’effet de la chance du débutant : lorsque vous commencez un jeu que vous ne connaissez pas et que vous réussissez, vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que c’est parce que ce jeu était fait pour vous : c’était votre destinée d’y jouer. On retrouve le même effet dans la vie réelle lorsqu’on débute quelque chose, on connaît ses premiers succès : on a l’impression agréable qu’on était fait pour ça. De plus, il y a un effet de cercle vertueux qui s’installe et nous motive à nous dépasser encore plus.

5. L’effet de récompense : dans les jeux, la récompense est facilement visible : on réussit l’objectif, on a une récompense. Dans la vraie vie, c’est plus compliqué. Il faut réussir à trouver une récompense suite à son action. Il peut s’agir d’une récompense physique voire financière mais la récompense peut aussi simplement être un nouvel état d’esprit (fierté d’avoir réussi). 

Levier 2 : la progression

L’un des ingrédients essentiels d’un bon jeu est de pouvoir mesurer à tout moment sa progression. Plus vous accomplissez de quêtes, plus vous gagnez de points d’expérience. Plus vous avancez dans les niveaux et plus vous obtenez un meilleur équipement. Certains jeux sont même uniquement basés sur l’effet de progression sans forcément avoir un objectif suprême (sauver le monde). Le seul objectif est d’avoir un sentiment de progression par l’expérience et l’équipement.

Ce système de progression est très souvent appliqué au marketing. Beaucoup de marques utilisent aujourd’hui un système de jeu pour leur communication : badges, barre de progression, classement des différents joueurs…

La progression est dans la nature même de l’être humain. Lorsque nous réussissons, notre cerveau sécrète de la dopamine, parfois appelée « l’hormone du bonheur », qui nous permet de nous sentir plus heureux. Obtenir une récompense nous stimule pour continuer : on l’utilise notamment dans le système scolaire avec les « bons points » ou dans certaines entreprises avec la désignation de « l’employé du mois » dont le visage est affiché au mur. 

La réussite procure donc de la joie, que ce soit psychologiquement ou physiologiquement. Appliquer ce principe à sa vie de tous les jours est un moyen puissant de se motiver et d’accomplir des tâches sans que ces dernières semblent contraignantes.

Pour que le sentiment de progression soit complet, il faut ajouter une part de difficulté dans le jeu. Si le joueur se retrouve face à une suite d’objectifs à accomplir sans aucun obstacle entre les deux, il s’ennuierait très vite et abandonnerait également assez rapidement. 

3 idées pour débloquer le pouvoir de la progression

1 – Faire une « To Do List » quotidienne avec un maximum de deux à trois objectifs prioritaires par jour.

2 – Tenir un « journal de gratitude » dans lequel vous notez chaque soir les choses pour lesquelles vous ressentez de la gratitude durant la journée.

3 – Utiliser des applications mobiles pour mesurer votre progression dans différents domaines de la vie (activité physique, nutrition, projets professionnels, etc.)

Levier 3 : la créativité

L’imagination est un aspect très important dans la psychologie de la motivation. 

Certains jeux misent tout sur la créativité du joueur en donnant un objectif à atteindre, mais sans indiquer la manière de le faire. Le joueur doit donc imaginer la voie à prendre pour atteindre cet objectif selon ses critères : la voie la plus efficace, la plus rapide, la plus amusante… Il choisira celle qui correspond le plus à son style de jeu. 

Dans la vraie vie, être créatif permet d’envisager toutes les voies qui mènent à son objectif. 

Travailler sa créativité et son imagination permet de ne pas être bloqué devant une situation parfois difficile et d’être plus à l’aise quel que soit le problème qu’on a face à nous. 

Ensuite, à chaque stratégie utilisée, on attend un retour d’expérience. Le propre de l’être humain est de s’adapter s’il veut survivre : si une chose ne fonctionne pas, on ne va pas la refaire car on sait que cela ne sert à rien et qu’il est nécessaire d’évoluer et de trouver une nouvelle stratégie. Le résultat de nos choix est important : a-t-on échoué ? réussi ? pour quelles raisons ? 

Répondre à ces questions, c’est avoir un regard critique sur soi et ses choix afin d’apprendre de ses réussites et de ses erreurs, afin de savoir pourquoi on a réussi ou non telle action. 

La créativité est donc un paramètre essentiel à la motivation pour n’importe quelle personne ; et cela, dans tous les aspects de sa vie. 

Comment l’appliquer au quotidien ?

Essayez de prendre du recul et d’envisager votre situation comme un jeu de stratégie en vous demandant : si cela se passait dans un jeu, comment je m’y prendrais ?

Levier 4 : l’appropriation 

Lorsque l’on possède quelque chose, on a envie de le voir évoluer, de le protéger et de le garder pour soi. 

Dans le monde tel que nous le connaissons, il n’est plus question de survie, mais plutôt d’accumulation de richesses avec le moins d’efforts possible. Notre principale mission est de savoir comment avoir plus, tout en travaillant moins ou en investissant moins. 

Dans les jeux de gestion par exemple, on cherche à obtenir la productivité et le rendement maximum tout en investissant le moins d’argent et de temps. Cela fait appel à la partie calculatrice et pragmatique de notre cerveau, celle qui cherche avant tout notre survie. 

Ce qui fonctionne bien dans les jeux vidéo, c’est la création d’un avatar personnalisé : en effet, comme il est possible de créer un avatar à notre image, nous nous approprions beaucoup plus l’histoire et nous prenons plus à cœur l’accomplissement de la quête finale. C’est un peu comme si c’était véritablement nous qui partions à la conquête du monde. 

L’appropriation est un levier très puissant qui permet de garder la motivation tout au long de la réalisation de nos objectifs, car il augmente l’implication. 

Levier 5 : le hasard et la curiosité

L’être humain est une créature au naturel curieux, il a toujours voulu savoir plus, découvrir plus et il déteste ne pas comprendre quelque chose. C’est en partie dû au fait que la curiosité est nécessaire à sa survie : s’il ne s’adapte pas, il meurt. 

Le fait d’ajouter une part de hasard dans notre vie de tous les jours stimule notre cerveau et rend notre existence beaucoup plus amusante. Par définition, un jeu aura toujours une part de hasard. Dans un premier temps, c’est la curiosité vis-à-vis d’un titre ou d’une image qui donne envie de découvrir un jeu. Par la suite, dans le jeu en lui-même, l’expérience du joueur sera accompagnée d’une multitude de situations dues au hasard. Selon les choix du joueur, le jeu ne sera pas le même. S’il ne va pas de lui-même découvrir ce donjon, il ne trouvera jamais l’épée légendaire, tous les alliés qu’il a au cours du jeu ne seront pas forcément de vrais amis… Et ainsi de suite. Le jeu est rempli de surprises pour étonner le joueur et éviter qu’il ne se lasse. De nombreux jeux vidéo possèdent d’ailleurs une fonction « hasard » (en anglais, « random ») pour la création d’un personnage, une récompense… 

Dans mon cas, après quelques mois du défi des 365 jours, au lieu de prévoir tout ce que j’allais devoir accomplir chaque jour pour sortir de ma zone de confort ou quelles récompenses j’allais m’accorder en atteignant certains de mes objectifs, j’avais mis en place un système de tirage au sort pour certains défis pouvant être réalisés sans préparation dans la journée. Il s’agit tout simplement de petits papiers sur lesquels j’avais écrit des idées de défis et que j’avais mis dans une grande boîte. De temps en temps, j’en piochais un nouveau. 

Levier 6 : la pression sociale

L’un des mécanismes psychologiques de la motivation les plus puissants est sans doute celui de la pression sociale. Contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, les jeux vidéo ne rendent pas complètement asocial. C’est parfois même l’inverse qui se produit… 

L’être humain recherche en permanence à impressionner les autres, à montrer son appartenance à des groupes socialement plus élevés ou à faire tout simplement partie d’un groupe. 

Nous voulons savoir ce que les autres pensent de nous, comment ils nous perçoivent. Nous sommes aussi jaloux de ce que les autres ont et c’est généralement une bonne source de motivation pour nous faire passer à l’action

Dans les jeux vidéo, ce sentiment apparaît lorsqu’on rencontre des joueurs d’un niveau supérieur : ils ont un meilleur équipement, ils sont plus hauts dans le classement et ont les quêtes les plus prestigieuses. C’est à eux qu’on veut ressembler en essayant d’obtenir les mêmes armes et armures. Notre objectif est d’être à leur niveau pour espérer pouvoir les battre et les détrôner de leur place de premier.

Dans les jeux, l’interaction sociale est importante. Il y a des possibilités de constituer des groupes, mais il existe aussi une notion de « récompenses sociales » : ce sont des récompenses que seuls nos amis peuvent nous offrir (avec les vies supplémentaires dans Candy Crush via Facebook, par exemple). 

Dans la vraie vie, cela s’apparenterait plutôt à l’approbation que les autres pourraient avoir vis-à-vis d’un de nos projets ou de notre position sur un sujet quelconque – et c’est exacerbé par la pratique des réseaux sociaux. On le constate avec les mentions « J’aime » : plus l’une de nos publications obtient de « likes », plus on se sent valorisé. 

3 astuces pour appliquer ce mécanisme au développement personnel et professionnel :

1. Trouver un mentor : avoir un exemple, quelqu’un qui nous donne des conseils pour atteindre un objectif est très bénéfique. D’une part, le fait de savoir que quelqu’un a réussi à atteindre l’objectif que l’on s’est fixé nous montre qu’il n’est pas inatteignable. D’autre part, il est là pour nous conseiller et nous inspirer.

2. Faire partie d’un groupe : pour rester motivé, on peut se mettre en relation avec des gens qui ont les mêmes objectifs que nous. C’est comme dans les jeux vidéo où l’on fait des groupes de quêtes à 4 ou 5 joueurs pour avoir plus de chances de réussir à terminer l’objectif. 

3. Crier son objectif sur tous les toits : il peut s’avérer bénéfique de parler de son objectif à d’autres personnes, même lorsqu’elles ne partagent pas le même que nous, car cela peut créer une pression sociale pour s’obliger à tenir notre engagement public. 

Levier 7 : la rareté

Deux aspects très importants de la psychologie de la motivation sont la rareté et l’impatience qui l’accompagne. Nous partons du principe que si une chose est rare, c’est qu’elle a beaucoup de valeur.

D’après Oren Klaff, conférencier et écrivain, il y a trois choses que tout cerveau humain se dit : 

«Je veux ce qui est le plus loin de moi.» 

«Je veux ce que je ne peux pas avoir.» 

« Je ne place de la valeur que dans les choses qui sont difficiles à obtenir. » 

Le fait de vouloir quelque chose au point d’en perdre patience nous pousse à l’action et nous amène à nous poser moins de questions. Nous avons tellement envie d’obtenir telle ou telle chose que nous nous lançons dans la réalisation de la tâche pour avoir notre récompense sans avoir le temps de prendre peur et de reculer. De ce fait, nous mettons aussi toutes les chances de notre côté en utilisant nos compétences à 100 % ainsi que tous les outils à notre disposition

Les mécanismes d’impatience et de rareté sont très puissants car ils ne se contentent pas de nous pousser à l’action, ils nous poussent à agir très rapidement et avec une forte motivation. 

Levier 8 : l’enjeu et la perte

Beaucoup de jeux utilisent la menace de la perte pour pousser les joueurs à rester motivés et à vouloir être toujours les meilleurs. 

En effet, il arrive que le fait de mourir dans un jeu détruise complètement notre personnage : cela signifie que toute l’expérience accumulée, l’équipement gagné et les niveaux passés disparaissent. C’est comme si rien n’avait été fait. Cela peut s’avérer très frustrant pour beaucoup de gens mais c’est aussi une source de motivation très importante. 

Dans la vie de tous les jours, ce sont les opportunités qui s’offrent à nous qui s’accompagnent souvent d’un sentiment de peur lié à la perte. 

L’aversion de la perte est un mécanisme essentiel pour réveiller notre cerveau. Un jeu qui ne comporte aucun enjeu et où perdre n’est pas possible, n’a rien d’engageant. 

C’est pourquoi il est important de faire un point sur nos motivations, d’étudier ce qui nous a poussé à commencer une démarche et de visualiser ce que cette expérience pourrait nous apporter, à nous et à notre entourage. De cette manière, on voit beaucoup mieux ce qu’on gagnerait à atteindre notre objectif et ce qu’on perdrait à ne pas le faire

Hanine Mhannd

Fondateur de Goodbye Comfort Zone, Hanine Mhannd est un entrepreneur, conférencier et auteur spécialisé dans le dépassement de soi et la gamification.
Entouré d'une vaste communauté, il aide aujourd'hui des milliers de personnes à sortir de leur zone et confort et à transformer leur vie grâce à l'application des mécanismes psychologiques utilisés dans l'univers du jeu. Diplômé en Management et passionné de Psychologie, il a notamment animé une cinquantaine de conférences, dont 3 conférences TEDx, et collabore régulièrement avec de grandes entreprises.

Commenter

Rejoignez le mouvement

Sortez de votre zone de confort et rencontrez des personnes aussi extraordinaires que vous, issues de tous horizons !